Du fil d’acier à la carte flash

I – Il était une fois le fil d’acier …

Alors que les premiers supports d’enregistrement de la voix voyaient le jour, qui se serait douté que l’enregistrement magnétique aurait un tel impact sur notre société ? Quel avenir pour ce système qui enregistre, lit et efface des informations sonores ! Les supports magnétiques permettent encore aujourd’hui, la conservation d’une suite impressionnante de musiques, de parole, de nombres ou d’images !

fil_magLa paternité du premier enregistreur magnétique revient au Danois Valdemar Poulsen qui fit breveter son invention en 1898. A cette époque, ce procédé n’eut pas beaucoup de succès mais on sait aujourd’hui que cette invention a été à la base de tous les magnétophones construits par la suite. Le son était enregistré sur un fil d’acier passant devant un électroaimant relié à un microphone. L’électroaimant magnétisait plus ou moins le fil selon les variations du son capté par le microphone. Pour reproduire le son enregistré, on faisait passer le fil d’acier une seconde fois devant l’aimant, ce qui induisait des petits courants électriques. Après amplification le son original était ainsi restitué.

Le principe de la machine de Poulsen fut repris dans le Blattnerphone, machine anglaise créée par Ludwig Blattner en 1929. Le support d’enregistrement était un ruban d’acier. Outre l’enregistrement magnétique du son cinématographique, le Blattnerphone, fut aussi utilsé dès 1932 par la BBC pour retransmettre le discours de Noël du roi George V. Par la suite, le procédé fut amélioré par Kurt Stille qui utilisa un acier de meilleure qualité et des amplificateurs à vide. Une nouvelle version de cet appareil appelé Textophone fut commercialisée en 1933. L’enregistrement sur fil d’acier reste un mode de reproduction sonore très particulier qui sera surtout employé pour l’enregistrement de la voix.

II – Les bandes magnétiques

Il fallut attendre 1935 pour que le magnétophone trouve véritablement son marché. Deux sociétés allemandes, AEG Telefunken et IG Farben mirent au point un ruban de plastique enduit de dioxyde de fer. Ce ruban permettait des enregistrements plus longs. Durant la Seconde Guerre mondiale, les postes de radio allemands utilisèrent des magnétophones pour enregistrer les émissions « en direct » afin de pouvoir les rediffuser plusieurs fois par jour. L’utilisation du magnétophone demeure assez limitée jusqu’après la Guerre, alors que plusieurs machines furent saisies dans les studios allemands et remises aux constructeurs des pays alliés ! Des sociétés proposèrent des versions commerciales inspirées de ces machines. L’unique tête magnétique de Poulsen était alors remplacée par trois têtes. Lorsque le ruban passait devant la première, tout ce qui avait été précedemment enregistré s’effaçait. La seconde tête était dédiée à l’enregistrement, et la troisième, à la lecture.

bande_agfaAvec l’invention du transistor, il fut possible de réduire l’encombrement et le coüt des machines. Au cours des années 50, le marché du magnétophone se développa considérablement grâce à l’industrie du disque. Les studios avaient en fait pris l’habitude d’effectuer leurs prises de son sur des bandes magnétiques avant de graver les vinyles.

Ce procédé permettait de corriger facilement les éventuels défauts. Dans les stations de radio, le travail en studio se développa considérablement, avec la possibilité de monter des reportages audio par simple couper/coller de bandes de diverses origines. Ceci garantira un grand succès du magnétophone tant auprès des particuliers, pour les plus petits formats, que des professionnels du son.

II.1 – Ce qu’il faut retenir du principe

La bande recouverte de particules d’oxyde de fer ou de chrome passe devant l’entrefer d’un électro-aimant dont la bobine est parcourue par un courant modulé. Il en résulte une variation de l’aimantation de l’oxyde en fonction de la modulation. Le son est enregistré sur la bande. Quand repasse à vitesse constante cette bande enregistrée devant l’entrefer, on recueille alors aux bornes de la bobine une tension modulée permettant de reproduire le son précédemment enregistré. La bande conserve naturellement son aimantation et peu être lue, ré-enregistrée ou effacée autant de fois que l’on désire.

II.2 – Quelques données techniques

Les bande magnétiques professionnelles sont constituées de polyester étiré qui sert de support à une couche d’oxyde fer constitué de grains très fins. Un vernis résistant recouvre le dos de la bande qui présente ainsi d’excellentes caractéristiques mécaniques même en bobinage rapide. Les bandes utilisées dans les cassettes audio sont à l’oxyde de fer, à l’oxyde de chrome ou au fer pur.

On trouve généralement les largeurs suivantes : 2″ = 50,8 mm , 1″ = 25,4 mm , 1/2″ = 12,7 mm , 1/4″ = 6,3 mm et enfin 3,81 mm pour les bande constituant les cassettes audio. Les vitesses de défilement des bandes professionnelles sont de 76,2 cm/s , 38,1 cm/s , 19,05 cm/s et 4,75 cm/s pour les cassettes. Les bandes sont utilisées sur des bobines, des plateaux ou en cassettes.

III – Cassette audio – musicassette – minicasette – K7

cassette01La cassette audio (en anglais compact audio cassette) encore appelée musicassette ou K7 en abrégé , est un medium introduit en 1963 par la société Philips. Un petit boîtier plat en matière plastique renferme deux bobines sur lesquelles vient s’enrouler la bande magnétique. Ce support très populaire a fait le bonheur de plusieurs générations d’utilisateurs !

Un site pour les nostalgiques : tapedeck.org

Quelle innovation de pouvoir enregistrer des informations sonores sur un support pratique et peu volumineux. Les professionnels ont adopté très rapidement la cassette au point d’en faire la norme d’enregistrement audio jusqu’à l’apparition des disques compacts enregistrables. La bande magnétique présente quatre canaux écrits en parallèle, c’est-à-dire 2 x 2 canaux stéréo. Lorsque la cassette est introduite dans l’enregistreur, deux pistes sont enregistrées d’un côté et lorsqu’on la retourne deux autres pistes sont enregistrées de l’autre côté.

III.1 – Les bandes pour cassettes audio

Les cassettes sont normalisées CEI et comportent des encoches au dos permettant la commutation automatique du type de lecture des magnétophones.

Type 1 – pas d’encoche
cassettes à l’oxyde de fer (Fe2O3)
Faible bruit – égalisation 120 microsec – prémagnétisation faible – dans cette catégorie on trouve des cassettes bon marché et des cassettes de qualité offrant une dynamique de 56 dB dans les graves et de 50 dB dans les aigus.

Type 2 – 2 encoches
cassettes à l’oxyde de chrome (CrO2) – encore appelées « cassettes au chrome » – Faible bruit – égalisation 70 microsec – prémagnétisation moyenne – qualité améliorée dans les aigus et la réduction du souffle – cassettes offrant une dynamique de 64 dB dans les graves et de 54 dB dans les aigus – Prix variables.

Type 3 – 3 encoches
cassettes ferrichrome abandonnées

Type 4 – 4 encoches
c60_sonycassettes métal (Fe) – encore appelée « cassettes métal »
Couche de fer pur – égalisation 70 microsec – prémagnétisation forte – niveau de sortie relativement élevé (attention aux saturations de la bande) – cassettes offrant une dynamique de 60 dB dans tout le spectre – Prix élevés. Ce type de bande est plutôt destiné, sous une autre forme, aux caméscopes Hi8 (30 mn/épaisseur 18 microm – 60 mn/épaisseur 18 microm – 90/épaisseur 11 microm mn – 12/épaisseur 11 microm).


III.2 – Les débuts difficiles

adhesif_basfLa cassette a connu des débuts un peu difficiles, car les mécanismes n’étaient pas vraiment au point. Parfois la bande se coinçait ou ne se déroulait pas de manière fluide. Une » perruque » venait alors bloquer le mécanisme d’entrainement de l’enregistreur et la cassette finissait malheureusement à la poubelle.

Lorsque la bande venait à casser, il suffisait de couper la partie irrécupérable de la bande, de retourner les deux morceaux et de les coller avec un morceau d’adhésif. Ci-contre une bande adhésive spéciale adaptée à la largeur de bande des cassettes. Il m’en reste suffisamment pour réparer quelques kilomètres de bandes !

IV – Les cassettes DAT

La cassette DAT a été le choix des professionnels du son, lorsque les enregistreurs numériques sont arrivés sur le marché. Sa qualité tient à son enregistrement sans compression. . Le format DAT fonctionne avec 3 fréquences d’échantillonnage : 48 khz, 44,1khz et 32 khz en 16 bits ce qui dans le cas du 48 khz permet d’obtenir une qualité d’enregistrement supérieure au CD. Un mode LP (long play), double la durée d’enregistrement (on peut donc enregistrer plus de 6 heures sur une cassette 180 minutes).

Bande 1/4″ – durée 46 – 60 – 90 – 120 et 180 mn – rapport S/B = 92 dB – distorsion 0,004 %

V – Les enregistreurs numériques

Aujourd’hui la technologie DAT a laissé la place aux enregistreurs numériques utilisant des disques durs ou des cartes Flash. La plupart des modèles actuellement commercialisés proposent des fonctionnalités très intéressantes mais attention, car dans la gamme « grand public » la présence de connecteurs micro XLR ne fait pas la qualité des préamplis. Ces entrées présentent un rapport signal/bruit qui permet tout juste l’enregistrement d’une interview mais certainement pas l’enregistrement d’ambiances calmes. Prévoir dans ce cas une mixette qui améliorera nettement la qualité !

Enregistrer